Publié par : Benoît Léty | 1 avril, 2008

Le bout du tunnel pour l’usine de méthanisation Géotexia

L’usine de méthanisation (pdf) Géotexia Méné, qui sera implantée à Saint-Gilles-du-Méné est un projet sur les rails depuis une dizaine d’années. Les complexités administratives devraient bientôt être toutes résolues et la construction de la première usine du genre d’envergure en France va finalement commencer. Jusqu’à présent quasi inexistante dans le pays en comparaison à l’Allemagne, la méthanisation à la ferme apparaît aujourd’hui comme une solution intéressante pour les éleveurs.

« Un parcours du combattant » de l’aveu des agriculteurs à l’origine du projet. La construction de l’usine de méthanisation Géotexia Méné devrait débuter ce mois-ci. Elle sera opérationnelle fin 2009. L’idée était pourtant née dans la têtes des initiateurs du projet dès 1995. Mais vu l’envergure du projet, les démarches administratives ont été beaucoup plus lourdes et compliquées que prévues. Car cette usine n’a pas son pareil en France.

Alors que les actuels projets d’usines en France comme en Bretagne sont généralement menés par des agriculteurs indépendants, le projet Géotexia est poussé par une Cuma regroupant trente agriculteurs. 35 000 tonnes par an de lisier et 40 000 tonnes de déchets agro-industriels seront traitées chaque année, et elle pourra produire 12 millions de KW/h par an selon Usine Nouvelle. A titre de comparaison, Nowlenn nous parlait sur ce même blog il y a deux mois du projet de Jean-René Lepage à Lennon dans le Finistère qui produira un peu moins d’un milion de KW/h électriques par an. Sans parler de l’énergie thermique générée, aujourd’hui moins rentable financièrement que l’électricité rachetée par EDF mais tout aussi importante.

Avant Géotexia, le projet de Lannilis avorté 

Un autre projet d’envergure avait été étudié en Bretagne. A Lannilis dans le Finistère. Cette usine aurait traité plus du double de lisier et de déchets que ce qui est prévu pour Géotexia. Près d’une soixantaine d’agriculteurs y étaient associés. L’importance du projet a fait peur à la population et il a été avorté il y a trois ans. Brest OuVert, site d’information lancé par les Verts brestois, s’était à l’époque réjoui de l’annulation de ce projet. Le porte-parole des Verts de Brest précise en commentaire sur ce site que ces usines sont pour eux une invitation à produire plus et que la solution toujours selon ce même Vert brestois serait de « produire mieux ».

Une solution aux problèmes d’épendage

Les éleveurs à l’origine de Géotexia ne prévoient pas d’augmenter leur production. Ils expliquent d’ailleurs que leur usine de méthanisation a avant tout pour but de les aider à mieux gérer les déjections animales. En effet, ces éleveurs n’ont pas assez de place pour épendre leur lisier. Alors en plus de produire de l’électricité et de la chaleur, Géotexia sèchera l’excédent des résidus qui ne seront pas épendus pour transformer ce surplus en engrais organiques, qui seront revendus et exportés. Et pour que la boucle soit bouclée, les résidus liquides de l’usine seront traités et irrigeront des saules (voir l’article de Libération repris sur ce forum) qui eux-même serviront à une chaudière à bois. C’est ce que ces agriculteurs du Méné appellent la « cohérence territoriale ».

Advertisements

Responses

  1. Le minimum que l’on est en droit d’attendre d’un article est qu’il soit précis !

    Quelques précisions alors parmis tant d’autres :

    Une usine qui n’a pas son pareil en France et pour cause !
    En pleine campagne, sur un terrain argileux, en amont de plusieurs captage d’eau et à moins de 30 mètres d’un château d’eau notamment, Géotexia et quelques agriculteurs soudain épris d’écologie, nous propose la création d’un site classé. Les risques d’explosions sont clairement évoqués dans le dossier Géotexia !

    Quels produits sur ce site ?
    – 10 tonnes de propane
    – 47 tonnes d’acide sulfurique
    – 36 tonnes de chlorure ferrique

    Quelle structure ?
    – cuve avant méthanisation : hauteur 12 mètres
    – cuve de stockage de digestat : hauteur 13 mètres
    – torchère : hauteur 5 mètres
    et autres cuves aériennes : stockage de l’acide (47 tonnes), du chlorure (36 tonnes), de la soude…

    Mais le plus grave : des milliers de tonnes d’eau déversées chaque année :
    – sur un terrain à fortes pentes – le site retenu de la Petite Vielle Lande se situe au 2ème point culminant des Côtes d’Armor – Belle image pour le département si un tel projet aboutissait !
    – sur un sol argileux déjà gorgé d’eau dès la moindre pluie
    – à proximité de nombreuses sources d’eau alimentant des milliers d’habitants.

  2. Bonjour France,
    Il est intéressant d’avoir votre avis puisque vous faites de toute évidence partie des opposants à ce projet.
    Les critiques envers Geotexia existent depuis denombreuses années et elles ne sont pas éteintes en effet, en témoigne la manifestation de l’association de défense des habitants de Saint-Gilles-du-Mené, mardi 13 mai, devant la préfecture des Côtes-d’Armor. Voici le lien d’un article de Ouest-France sur le sujet:
    http://www.ouest-france.fr/Manifestation-contre-l-usine-de-traitement-des-dechets-a-Saint-Gilles-du-Mene/re/ofdernmin/_-629484–BKN—-_actu.html


Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :