Publié par : christellemarilleau | 14 janvier, 2008

Des routes meilleures pour accueillir moins d’automobilistes?

Les routes vont devenir plus écolos, et les transports en communs seront multipliés. Laisse t-on un choix à l’usager ou joue-ton sur tous les tableaux?

On pourrait penser que le mot “route” est loin de faire référence à l’écologie. Pourtant, le 5 janvier dernier, le journal Le Monde explique que ces infrastructures aussi vont s’adapter à l’environnement. Ce seront alors, comme le titre de l’article l’indique, des routes écologiques et intelligentes. Des progrès vont être fait en terme de recyclage pour diminuer les transports et moins de carrières (« les enrobés bitumineux des chaussées endommagées sont reconcassés de façon à retrouver leur rigidité et leur durabilité d’origine, avant d’être réutilisés sur la même chaussée », et les nouveaux composés seront d’origine végétale), et en terme d’économie d’énergie avec de nouvelles solutions pour poser le bitume, et pour réaliser des trajets plus courts en voiture en étant mieux avertis « par la route » en fonction de la météo, des pentes. Reste à appliquer à la lettre ce que la route indique… Les routes pourraient même produire de l’énergie, comme à Dinan (Côtes-d’Armor), où depuis 2006, des chaussées dépolluantes de la société Eurovia absorbent des gaz toxiques.

Adaptation nécessaire

Sur publiciblog.com qui héberge des communiqués de presse gratuits, des commentaires ont été effectués à ce sujet. Selon l’auteur d’un article du blog du 3 janvier dernier, les routes fournissent déjà un grand nombre d’inconvénients, (bruit, vibrations, pollution de la végétation) peu évidents à éliminer. Un argument qui prouve combien l’adaptation des infrastructures à l’environnement est importante. Les peintures écoloseraient au goût du jour pour le conseil général de Loire-Atlantique par exemple, pour réduire les émissions de GES, Gaz à effet de Serre.

Politique de transports en commun

Un outil de veille juridique pour les entreprises et professionnels du droit, nommé net-iris.fr, a évoqué quant à lui le 10 janvier dernier dans un article sur les intentions et actions du Grenelle de l’environnement, la prochaine politique de la France en terme de transports, afin d’utiliser moins les routes. C’est à dire inciter les Français à emprunter les transports dits « propres », transports en communs non polluants et deux roues. Les investissements seront donc agrandis pour installer des lignes de tramways, et des voies pour les vélos. Mais cette politique ne va t-elle pas dans le sens inverse des progrès réalisés pour rendre une route plus « écolo » ou réalisons-nous des routes meilleures en sachant pertinemment que les transports en communs ne prendront jamais le pas sur l’automobile? Finalement, à défaut de disparaître – les automobilistes sont encore très nombreux, même si les usagers de transports en commun se multiplient – les routes ont trouvé une solution pour durer.

Advertisements

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :